22. Februar 2017 · Kommentare deaktiviert für EU-Flüchtlingslager in Nordafrika? · Kategorien: Deutschland, Europa, Italien, Libyen · Tags:

[EN] [FR]

The desert front – EU refugee camps in North Africa?

by Helmut Dietrich

This article first appeared in the German journal Konkret (issue 12/2004) and traces the implementation of the creation of migrant and refugee prisons, so called off-shore centres, in northern Africa, as part of the EU’s globalisation of migration control. With the example of recent developments in EU and particularly German and Italian relations with Libya, the author highlights the relationship between military, economic and migration control agreements between the EU and third countries and documents the devastating effect these have for migrants and refugees caught up in the militarisation of the EU’s external borders.

„How can you forget the concentration camps built by Italian colonists in Libya into which they deported your great family – the Obeidats? Why don’t you have the self-confidence, why don’t you refuse?“ the Libyan intellectual Abi Elkafi recently asked the Libyan ambassador in Rome, who had initiated the country’s orientation towards the West. „The reason I write to you are the atrocious new concentration camps set up on Libya’s soil on behalf of the Berlusconi government,“ Elkafi wrote in an open letter.

In June 1930, Marshal Petro Badoglio, the Italian governor of Libya, ordered the internment of large parts of the then 700,000 inhabitants of Libya. Within two years, more than 100,000 people had died of hunger and disease in the desert concentration camps. Around the same time, Badoglio had fortified the 300 kilometre long Libyan/Egyptian border line with barbed wire fence. This is how the Italian colonists destroyed the Libyan resistance. For years, they had not succeeded – neither by bombing villages and oases, nor by using poison gas. The current Italian government laughs at any demand for compensation, Abi Elkafi writes.

Military camps for refugees – the reality of off-shore centres

Four years ago, the western press received first reliable reports on internment camps in Libya. In September and October 2000, pogroms against migrant workers took place in Libya and 130 to 500 sub-Saharan Africans were killed in the capitol Tripoli and the Tripoli area. To escape the persecution, thousands of builders and service sector employees from Niger, Mali, Nigeria, and Ghana fled south. Many of them were stopped at road blocks in the Sahara and taken to Libyan military camps. Le Monde Diplomatique reported on several camps in where migrants and refugees have been held since 1996 – about 6,000 Ghanaians and 8,000 people from Niger are supposed to be held in one of them alone. The Ghanaian president Jerry Rawlings visited the camp to bring back some hundred compatriots. The Somali Consultative Council appealed to Gaddafi on 22 February 2004 „to unconditionally release the Somali refugees who are imprisoned in your country and who have started a hunger strike immediately and not send them back to the civil war in Somalia.“ In the beginning of October 2004, the Italian state TV channel RAI showed pictures from a Libyan refugee camp. Hundreds of people were depicted in a court yard, heavily guarded; the barracks apparently do not have sleeping facilities. Reports of some of the Somalis who have recently been deported to Libya confirm the existence of these camps.

Did the Libyan government originally build these camps in order to provide a labour force for major building projects in the south of the country („greening the desert“)? Or are they an attempt to fight refugees in transit? In any case, the Libyan government already announced some time ago that undocumented immigrants would be imprisoned in southern Libya and deported. In December 2004, the Libyan interior minister Mabruk announced without further explanation that Tripoli had deported 40,000 migrants in the last weeks alone.

These imprisonments and deportations have now become antecedents of the so-called off-shore centres of the European Union, propagated particularly by Germany’s interior minister Otto Schily. Libya is the first non-European country which allows for its camps to be integrated into the EU’s deportation policies. Together with the new airlifts to Tripoli, by which African refugees are being deported collectively from Italy since 2 October 2004, first facts of this regime have been created. At the beginning of October 2004, the designated and later suspended EU commissioner Buttiglione announced during his hearing before the European Parliament in Strasbourg that the EU did not want to create „concentration camps“ in north Africa, but wanted to use the already existing camps „in which refugees are living under the most difficult circumstances.“ At their informal meeting in Scheveningen on 30 September to 1 October 2004, the EU’s justice and interior ministers agreed in principle that the EU is striving for the creation of „reception camps for asylum seekers“ in Algeria, Tunisia, Morocco, Mauritius and Libya, not under supervision of the EU but of the respective countries.

Mostly unnoticed by the public, the EU states that form the EU’s external borders are creating the preconditions for a new deportation regime. Whereas until recently, refugees and migrants who were stopped by border police were taken into the EU country, there are now enormous reception capacities on the Canary Islands and on the southern Italian and eastern Greek islands. This „initial reception“ is no more intended to lead into European cities and the already meagre EU legal protection. The camps at Europe’s peripheries are typically located near airports on former military compounds, guarded by paramilitary troops and hardly accessible even for the UNHCR. Contact to the outside world is made extremely difficult if not impossible. The facilities are secured with modern prison equipment. The Canary islands currently hold camps with altogether 1,950 places.

These camps in the Canaries, southern Italy and eastern Greece, also mark the introduction of a social change initiated by EU states: in the 1990’s the boat people were welcomed by the Mediterranean population. Although the state declared a state of emergency when large refugee boats arrived and put them into stadiums, it remained a public event which attracted many inhabitants who drove to the stadium with clothes, blankets and food. With the new prison camps, the administration now systematically separates boat people from the society they arrive in and thereby creates the organisational preconditions for mass deportations to places outside the EU, far from any legal or societal control. Extraterritorial, law-free zones are being created at the fringes of Europe.

Since the beginnings of the 1990’s, Western European migration and refugee strategy papers point to the EU intending to export the asylum procedures to places outside Europe. They outline a global migration control approach that ensures that refugees and unwanted migrants from Africa, Asia and South America do not reach Europe anymore. Central to this concept are camps encircling Europe.

Up to now these plans could not be implemented. German authorities unsuccessfully attempted to enforce this practise in the early 1990’s after the war against Iraq, when the no-fly zone was created over Iraqi Kurdistan: they wanted to declare the area a „safe haven“ for Iraqi refugees, to which they could be deported en masse. This did not succeed until the NATO war in Kosovo. Within a few weeks, the war zone was surrounded by refugee camps, thus stopping hundreds of thousands on their flight to the EU.

In the beginning of the current Iraq war, Tony Blair suggested the creation of refugee camps under the supervision of the EU but outside its territory. His „new vision for refugees“, published in March 2003, foresaw returning those who would apply for asylum in the EU to outside the EU’s borders. His vision was one of a ‚camp universe‘, set up by EU officers and made up of Transit Processing Centres (TPC) in front of the gates of the EU, together with the UNHCR and the notorious International Organisation for Migration (IOM). From there they would be able to bring the refugees back to „safe“ zones near their regions of origin and select a few for entry into the EU. When that plan became known to the public, it went down in a storm of protest.

Despite the public criticism, Otto Schily and Giuseppe Pisanu, the German and Italian interior ministers, developed the idea further in the summer of 2004. The European Commission together with the Strategic Committee for Immigration, Frontiers and Asylum (SCIFA) were to test preliminary measures of „a European asylum office with interception functions“ in northern Africa (Schily in FAZ, 23.7.2004). In practise, this proposal implies that boat people coming through the Mediterranean were to be returned to camps located in Arab states – in collective procedures and without an individual check on their nationality, their flight route or reasons for flight. This practise is called refoulement and is explicitly prohibited in the Geneva Refugee Convention. EU Member States‘ constitutions as well as the European Convention on Human Rights prohibit refoulement as well. However, this practise not only concerns the violation of rights of asylum seekers. In internment camps or when deported to desert areas without support, migrants, no matter if they flee from poverty and hunger or for other „economic“ reasons, suffer the same fate they were trying to flee. They are threatened with imprisonment, abuse and death.

Testing and developing military technology in the fight against migration

Recent international events have changed the political, military and economic situation to such an extent that desert camps have now come within Schily’s and Pisanu’s reach. The first barrier for unwanted refugees and migrants is Europe’s external border policy. But since EU enlargement and the global „fight against terror“, these policies are being formulated under different conditions. In 2001, the German and Italian interior ministries laid down their dream of an EU border police in EU documents. The plan was intended to bring the unsafe borders of certain members under centralised control. At first, the focus was on the eastern border of accession states, but the accession states were not exactly enthusiastic about the idea that especially German, together with other EU police officers, were to secure their eastern borders. They fear that a total closure of borders will create tensions with their eastern neighbours. Further, the German border guards have reaped antipathy in the local accession population in the Oder and Neiße region with their policing practises and the NS massacres committed by German troops in the Bug river region have by no means vanished from people’s memories.

Politicians of the South European front states – as they are called in official EU documents – have less scruples. The anti-terrorist measures against the Arab-Muslim population has enforced a development of strong external borders. The operative core of a future EU border protection is based on the greater Mediterranean region. The Mediterranean Sea is a new challenge for the control fanatics. The goal is the ‚virtual‘ extension of European borders to the North African coasts. Even the docking of the wooden boats is to be prevented. Furthermore, the border police long to control the Sahara-Sahel-zone, together with the military and European and American secret services, thus setting up a second ‚rejection‘ ring around Europe. Besides stopping refugees, the oil and gas production in the desert has to be secured. Thus, the border surveillance agreement between Italy and Libya provides for an internationalised control of the 2,000 kilometres long coast line and also the 4,000 kilometres long desert border of Libya.

This can hardly be achieved by boat and jeep patrols. Control technologies tried and tested in the most recent wars will therefore also be deployed. Detection of refugees by air with optronic and radar technology is currently being tested all over the Mediterranean.

The Spanish Guardia Civil has rediscovered the surveillance tower. From above, the visual and electromagnetic identification technique can continuously and automatically scan the Straits of Gibraltar and the Moroccan coast. Other parts of the coast, due to the earth curvature, cannot be controlled by means of towers only. Nevertheless, the Canary Islands and the Spanish South Coast are equipped with the tower technology. Tests are made to link all accessible data in real time in order to identify and follow all ships in the controlled area. This technology, known as SIVE (Sistema Integrado de Vigilancia Exterior), is now exported to the Greek islands.

Meanwhile, Italy is practising the use of drones, which are planned to being used in Libya’s desert borders. In October 2004, the Italian air force general Leonardo Tricarico announced that Italy had purchased five predator drones for 48 million dollars from the Californian arms company General Atomic Aeronautical Systems in San Diego. The US is using predators to chase al-Qaeda; the unknown flight object can also launch rockets. Tricarico explained that the Italian air force was planning to use the drones against terrorism as well as against irregular migration. By the end of October 2004, the Italian air force were trying to detect refugee boats from the air.

Testing of the new technologies at the South European ‚front‘ is co-ordinated by the so-called ad hoc centres of the EU preceding the future EU border agencies. Two sea surveillance centres are based in Spain and Greece, one air surveillance centre in Italy. Another one is responsible for ‚risk analysis‘. Taking the insurance business as an example and with the assistance of Europol, it is calculated where the greatest damage by irregular migration is imminent. There, surveillance is strengthened.

The ad hoc centres are combined in Schengen Committees, which by now should have long been subsumed within EU institutions regulated under the Amsterdam Treaty. These circles have launched new power centres to create an EU border protection within five years. Thus, SCIFA+ unifying the Schengen round with all EU border police forces was founded in 2002, and in 2003 the PCU was created – the coordinating unit of the practitioners. The latter sees itself as a crisis centre using focal points at the external borders to push through the centralised command structures, regarding the development of preventive measures and stringent controls of national border guard units as its duty.

It is hard to say whether these EU coordinated methods have failed so far, or whether they already have fatal outcomes. On the one hand, it is reported that a planned EU manoeuvre of various national naval units in the Straits of Gibraltar and around the Canary Islands was halted due to language difficulties. On the other hand, ‚high tech‘ is regarded as a magic potion that motivates border police and marines who believe their work thereby becomes more valuable. The intensified search with technical equipment in the Straits has already forced boat people to use more dangerous waters to come to Europe. It can also be assumed that EU agencies declared the arrival of boat people on the Italian island of Lampedusa ‚a state of emergency‘ in order to justify the need to implement extraordinary measures.

It is important to remember that according to official estimates, 400,000 to 500,000 people secretly cross the southern EU border every year. Whoever can afford it, arrives by plane with a false passport. Whoever has relatives and friends might go on one of the ferries engaged in the massive holiday traffic. Only the poor come on wooden boats. According to reliable calculations, more than 10,000 people drowned in the Mediterranean Sea since 1992, that is since visas became obligatory for the EU’s southern neighbours. The European governments, however, do not declare a state of emergency because of the huge death tolls, but because of the arrival of around 30,000 boat people per year. In late summer 2004, around 1,800 people reached the island of Lampedusa. Obviously a high figure for a small island but small compared to the Mediterranean figure as a whole. The Italian state and the EU use them as a warning to others. Deterrence is the goal.

Oil interests and migration control – the economic agenda

The second aspect which brought the Libyan desert camps within reach of Pisanu and Schily is of economic nature. Since the mid-1990’s, Gaddafi has slowly opened up Libya’s economy and thus the oil and gas industry to foreign investors. Besides Russia, Libya is the most important non-European oil supplier for Germany, whereas Germany is the most important goods supplier to Libya after Italy. In 2002, the German minister for trade and commerce announced an ‚export offensive‘ in the Middle East and North Africa – implying increasing investments in the oil and gas industry in these regions. The potential gains to be made from Libya have first priority here. In the 1970’s, before economic cooperation decreased, most of the German investments in North Africa and the Middle East were made in Libya. Now, the German Association of Chambers of Commerce and Industry does not only predict investment opportunities in the Libyan energy sector but also in infrastructure, telecommunication and health. Another big market is the food supply for the population, most of which has to be imported.

24 March 2004: The British prime minister Tony Blair visits Gaddafi. The Dutch-British oil company Shell receives a 165 million Euro contract to produce oil and gas in Libya, forming the basis of a „long-term strategic partnership“. There is talk of a „oil against weapons“ deal, because around the same time, the arms company BAE initiates talks on major business with Libya. Libyan’s armed forces want new equipment. The wish list includes night vision gear and air radars.

In July 2004, Libya clears the way for the participation of foreign investors in state companies. The government decides on the privatisation of 160 state companies, 54 of which cannot only sell shares to foreign investors but can be taken over by foreign capital by allowing for majority shareholding. The plan is to privatise 360 firms until 2008. At the end of July, the WTO lobbies for the accession of Libya. In August 2004, the German government re-introduces the so-called Hermes-Bürgschaften for Libya, which allows exporting companies to insure themselves against economic and political risk scenarios (many exporting firms can only export to certain countries with this guarantee).

On 5 September 2004, the Libyan state invites numerous interested firms from all over the world for a presentation on new oil and gas fields. The neo-liberal Libyan prime minister Shukri Ghanim announces that production licences will be put up for bidding in the coming months. According to recent estimates, Libya has the eighth biggest oil reserves world wide. The country currently produces 1,6 million barrels of crude oil per day. The goal is to increase production up to 2 million until 2010, with the help of numerous new foreign investments – in 1970, 3,5 million was produced per day. The low production costs and high quality of Libyan oil is attractive to foreign investors.

7 October 2004: Italian president Silvio Berlusconi visits Libya for the fourth time that year. This time to open the pipeline ‚Greenstream‘ of the ‚West Libyan Gas Project‘, built and operated by the Italian ‚energy giant‘ ENI, the number one of the foreign companies active in Libya. 6.6 billion dollars were invested into the 520 kilometres long pipeline, now supplying gas from the Libyan Mellitah to Sicily. Until now, it is the biggest Mediterranean project of its kind and makes a second pipeline for Algerian gas obsolete. The day for the opening was chosen to coincide with the „day of revenge“ in Libya, which celebrates the victory over colonialism since the 1970’s. In consideration of Belusconi, Gaddafi renames it the „day of friendship“ and declares the once despised enemy to be welcome guests.

11 October 2004: The EU foreign ministers meeting in Luxemburg resolve the political barriers to economic cooperation with Libya. The council of ministers revokes the relevant UN sanctions from 1992 and 1993. The arms embargo is also revoked by the general EU framework for arms exports to third countries. The precondition for these changes was the Libyan agreement to pay compensations for the victims of a bomb attack on a Berlin discotheque in 1986, similar to Libya taking responsibility for the attack on the Pan-Am machine which crashed over Lockerbie. Furthermore, Libya is introducing a neo-liberal market economy, as is laid down in the Euromed partnership agreements between the EU and its Mediterranean neighbouring states.

14/15 October 2004: Chancellor Schröder, accompanied by German industrialists, visits Gaddafi. Schröder signs a bilateral investment agreement and is present when oil and gas concessions are granted to the German Wintershall, a subsidiary of the BASF group, represented in the country since 1958 and one of the leading foreign producers with an investment of 1.2 billion dollars. During the chancellor’s visit, the German RWE group also started business in the oil and gas production, and the German Siemens group received contracts worth 180 million. Furthermore, the German government is interested in orders for „technical material like night vision gear or thermal cameras for border protection“. Germany’s economic goal is to dominate the Libyan foreign investment market. When Gaddafi mentions to the chancellor that Rommel’s landmines are still causing accidents and that it was high times to clear them, the German side ignores the issue without comment.

The military and migration control – the foreign policy agenda

The third reason for Schily and Pisanu to be interested in the desert is of military nature and is closely connected with border fortification, camp policy and oil and gas production: the German economy openly links economic aims in North Africa and the Middle East with its military planning, because the markets in question are said to „have specific security risks“. This is why on 11 February 2005, the Federal Association for German Industry and the Federal Association of German Banks directly linked its ‚Conference on Financing in the Region North Africa Middle East‘ to the ‚Munich Security Conference‘, which takes place annually to enable Western states to coordinate their military policies and war tactics. In February 2005, EU foreign policy therefore joined EU strategies regarding refugees, the military and the economy in the Mediterranean and the Middle East.

Like Pakistan and Turkey, Libya could soon be a privileged partner of the West as a stronghold against Islamism and Africa’s failing states. Because of his leading role in Africa’s integration and the African Union (which replaced the OAU in 2001), Gaddafi has a special influence in a lot of dependent states. This became clear during his role in freeing the hostages from Switzerland, Germany and Austria who were held in the Sahara. Negotiators and money from Libya also played a central role in the negotiations around some Western tourists, amongst them Germans, who were held by extremists on the Philippines in the summer of 2000. Now British officers will operate as consultants to the Libyan army. A military co-operation with Greece is agreed upon.

Resulting from a deal with Italy in 2003, Libya is currently purchasing boats, jeeps, radar equipment, and helicopters for border surveillance. Italian trainers and consultants are already in the country. According to press reports, Rome supplied tents and other material for three camps in Libya in the first days of August. „The camps are being set up“, said Pisanu in an interview with the newspaper La Republica, „they were never under discussion“. Meanwhile, the Italian navy is guarding large areas of the Libyan coast. Under pressure from Rome, Egypt is controlling the Red Sea for refugee ships. Funded with money from Italy, Tunisia is operating 13 deportation prisons of which 11 are kept secret, safe from public scrutiny. It is said that many of those refugees and migrants deported from Italy are being transported to the Tunisian-Algerian desert and abandoned there.

The German government is also responsible for arming the North African coast. According to the German defence ministry, Tunisia will receive six Albatross speed boats from the German navy. Already two years ago, it was agreed to deliver five speed boats to Egypt. In 2002, Algeria received surveillance systems at a value of 10,5 million EUR, Tunisia received communications and radar equipment for around 1 million EUR, Morocco received military trucks worth 4.5 million euro.

The Western industrial countries have described the assumed danger in and from the Mediterranean region in two scenarios: One focuses on Islamic fundamentalism, the other on uncontrolled migration. It is surprising how these two completely different social phenomena are conflated in this vision of threat. Agreements of the EU countries state that al-Qaeda and the boat people use the same North African networks. In the meantime, search units are being formed whose remits are to fight both enemies together.

:::::

Le front du désert : des camps européens de réfugiés en Afrique du Nord

Texte de H. Dietrich publié par la revue allemande Konkret (n°12, décembre 2004) puis en anglais par Statewatch et traduit de l’anglais en français pour TERRA par Nadia CHERIF.

“Comment pouvez-vous oublier les camps de concentration construits par les colonisateurs italiens en Libye et dans lesquels ont été déportés vos grands parents – les Obeidats ? Pourquoi n’avez-vous pas confiance, pourquoi ne refusez-vous pas ? » C’est ce qu’a récemment demandé l’intellectuel libyen Abi Elkafi à l’ambassadeur de la Libye à Rome, qui a été à l’initiative d’un accord entre la Libye et les pays occidentaux. « La raison pour laquelle je m’adresse à vous est la création de ces nouveaux et atroces camps de concentration établis en Libye dans l’intérêt du gouvernement de M. Berlusconi » poursuit Elkafi dans sa lettre ouverte.

En juin 1930, le maréchal Petro Badoglio alors gouverneur italien de la Libye, avait ordonné l’internement d’une grande partie des 700 000, à l’époque, habitants de la libye. En deux ans, plus de 100 000 personnes étaient morts de faim ou de maladie dans ces camps de concentration du désert. A la même époque, Badoglio avait fortifié avec du fil de barbelé les 300 kilomètres de long de la frontière libiano-egyptienne. C’est de cette manière que les colons italiens avaient détruit la résistance libyenne. Pendant des années, ils avaient tenté de le faire mais ne connurent aucun succès –ni en jetant des bombes sur les villages et les oasis ni en utilisant du gaz empoisonné. L’actuel gouvernement italien rit à chaque demande en compensation, écrit Abi Elkafi.

Camps militaires pour réfugiés, la réalité des centres off-shore

Il y a 4 ans, la presse occidentale reçoit les premiers rapport fiables sur l’existence de camps d’internement en Libye. En septembre et octobre 2000, des pogroms contre les travailleurs immigrants se perpétuent en Libye et 130 à 500 africains sub-sahariens sont tués dans la capital, Tripoli, et ses environs. Pour fuir la persécution, des milliers de constructeurs et employés du secteur des services du Niger, du Mali, du Nigeria et du Ghana s’enfuient vers le sud. Nombreux sont ceux qui furent stoppés sur les routes du Sahara et transportés dans des camps militaires libyens. Le Monde Diplomatique parle de plusieurs camps où immigrants et réfugiés sont détenus depuis 1996 –environ 6 000 ghanéens et 8 000 personnes du Niger sont supposés être détenus dans seulement l’un de ces camps. Le président ghanéen Jerry Rawlings s’est rendu dans ces camps pour ramener des centaines de ses compatriotes. Le Conseil consultatif somalien a lancé un appel à Kadhafi le 22 février 2004 pour obtenir la « libération inconditionnelle des réfugiés somaliens emprisonnés en Libye et qui ont entamé une grève de la faim et pour ne pas qu’ils soient ensuite renvoyer à la guerre civile somalienne ». Au début du mois d’octobre 2004, la chaîne de télévision publique italienne RAI a montré des images des camps libyen de réfugiés. Ces images montraient des centaines de personnes hautement gardées dans une cour avec des baraquements qui ne prévoyaient apparemment pas de mobilier pour dormir. Des rapports de certains somaliens récemment déportés en Libye confirment l’existence de ces camps.

Le gouvernement libyen a-t-il, à l’origine, construit ces camps pour fournir de la main d’œuvre aux constructeurs ayant des projets dans le sud du pays (« fleurir le désert ») ? Ou correspondent-ils à une tentative pour lutter contre les réfugiés en transit ? Quelque soit le cas, le gouvernement libyen a déjà annoncé quelque temps auparavant que les immigrants sans papiers seront emprisonnés dans le sud de la Libye et seront déportés. En décembre 2004, le ministre de l’intérieur libyen Mabruk a annoncé, sans autres explications, que Tripoli a déporté 40 000 immigrants au cours des seules dernières semaines.

Ces emprisonnements et ces déportations sont les antécédents de ce qu’on appelle les centres off-shore de l’Union européenne, particulièrement popularisés par le ministre de l’intérieur allemand Otto Schily. La Libye est le premier pays non européen permettant que ses camps s’intègrent dans la politique de déportation de l’Union européenne. Les réfugiés africains sont déportés collectivement depuis l’Italie depuis le 2 octobre 2004 par les nouveaux ponts aériens vers Tripoli. Au début du mois d’octobre 2004, Buttiglione, proposé comme commissaire européen puis rejeté, a affirmé durant son discours devant le Parlement européen à Strasbourg, que l’Union européenne n’entend pas créer des « camps de concentration » en Afrique du Nord mais désire juste faire usage des camps existants « dans lesquels les réfugiés vivent dans les circonstances les plus difficiles ». Durant une réunion informelle à Scheveningen du 30 septembre au 01 octobre 2004, les ministres de l’intérieur et de la justice de l’Union européenne se sont mis d’accord sur le principe que l’Union européenne œuvre pour la création de « camps de réception pour les demandeurs d’asile » en Algérie, en Tunisie, au Maroc, en Mauritanie et en Libye, non pas sous la direction de l’Union européenne mais sous celle des dits pays.

Fait moins remarqué par le public, les Etats membres de l’Union européenne qui forment les frontières extérieures de l’Union sont en train de mettre en place les nouvelles conditions d’un nouveau régime de déportation. Alors que jusqu’à très récemment, les immigrants et réfugiés stoppés par la police aux frontières étaient emmenés à l’intérieur de l’Union, les îles Canaries, le sud de l’Italie et l’est des îles grecques offrent à présent une énorme capacité de réception. Cette « réception initiale » ne mène plus aux villes européennes et aux maigres protections juridiques de l’Union européenne. Les camps à la périphérie de l’Union sont situés en général prés des aéroports, sur d’anciens domaines militaires, gardés par des troupes paramilitaires, et difficilement accessibles, même pour les membres du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Tout contact avec le monde extérieur est rendue très difficile, voire même impossible. Les îles Canaries ont actuellement des camps qui présentent un total de 1 950 places.

Ces camps aux îles Canaries, au le sud de l’Italie et à l’est de la Grèce reflètent également une transformation sociale impulsée par les Etats de l’Union européenne : dans les années 1990, les boat-people étaient accueillis par les populations méditerranéennes. Bien que l’Etat déclarait l’état d’urgence face à l’arrivée de bateau de réfugiés et les plaçaient dans des stades, cela restait un évènement public mobilisant de nombreux habitants qui roulaient alors vers ces stades pour donner vêtements, couvertures et nourriture. Avec les nouveaux camps-prison, l’administration sépare systématiquement les boat-people de la société dans laquelle ils arrivent et crée de ce fait les conditions formelles pour des déportations massives à l’extérieure de l’Union, loin de tout contrôle légal ou sociétal. Des zones de non droit, extra territoriales, sont ainsi créées à la lisière de l’Europe.

Depuis le début des années 1990, la stratégie des pays occidentaux en ce qui concerne l’immigration et les réfugiés tend vers une exportation du traitement des procédures d’asile dans des places hors d’Europe. Le projet est celui d’une approche globale du contrôle de l’immigration tendant à assurer qu’aucun réfugié ou immigrant indésiré d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique du Sud n’atteignent l’Europe. Et l’élément central de ce concept est à trouver dans les camps qui encerclent l’Europe.

Jusqu’à présent, ce plan n’avait pas pu être appliqué. Les autorités allemandes ont tenté en vain de mettre en œuvre cette pratique au début des années 1990, après la guerre contre l’Irak, lorsqu’une zone de non vol avait été instaurée au dessus du Kurdistan irakien : ils avaient voulu la faire déclarer comme « havre de paix » pour les réfugiés irakiens, ceux-ci pouvant alors y être déportés en masse. Cela n’a jamais vu le jour avant les combats de l’OTAN au Kosovo. En quelques semaines, la zone de guerre fut entourée de camps de réfugiés dont des centaines de milliers stoppés au cours de leurs déplacements vers l’Europe.

Au début de la récente guerre en Irak, Tony Blair a suggéré la création de camps de réfugiés sous la direction de l’Union européenne mais en dehors des frontières de l’union. Sa « Nouvelle vision pour les réfugiés » (« new vision for refugees »), publiée en mars 2003, prévoit le renvoi des demandeurs d’asile à l’extérieure des frontières européennes. Sa vision fut l’un des éléments de « l’univers des camps », créé par des hauts-fonctionnaires européens européennes et prévoyant des centres de traitement transitaires (Transit Processing Centres, TPC) aux portes de l’Union européenne, en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et la tristement célèbre Organisation internationale pour les migrations (OIM). De là, ces organismes seront en mesure de ramener la plupart des réfugiés vers les « zones de sécurité » à proximité des régions d’origine et n’en sélectionner qu’un très petit nombre pour entrer dans l’Union européenne. Quand ce plan a été connu du grand public, il fut enterré avec un concert de protestations.

En dépit de ces critiques publiques, Otto Schily et Giuseppe Pisanu, les ministres de l’intérieur allemand et italien, ont continué à développer cette idée au cours de l’été 2004. La Commission européenne et le Comité stratégique sur l’immigration, les frontières et l’asile (SCIFA) ont testé des mesures préliminaires à l’implantation « d’un bureau d’asile européen d’interception » en Afrique du Nord (Schily dans FAZ, 23.7.2004). En pratique, la proposition implique que les boat people venant par la mer méditerranée seront ramenés dans des camps situés dans les pays arabes – par le biais de procédures collectives et sans contrôle individuel des nationalités, des itinéraires ou des raisons du voyage. Cette pratique, appelée refoulement, est explicitement prohibée par la Convention de Genève sur le statut de réfugié de 1951. Les constitutions des Etats membres de l’Union européenne ainsi que la Convention européenne des droits de l’Homme prohibent également le refoulement. De plus, cette pratique n’implique pas seulement la violation des droits des demandeurs d’asile. Dans les camps d’internement ou au cours de leur déportation sans assistance vers des zones désertiques, les immigrants – peu importe s’ils fuient la pauvreté et la faim ou autres raisons « économiques » – subissent le même sort lorsqu’ils tentent de fuir. Ils risquent l’emprisonnement, les abus et la mort.

Les essais et développements des technologies militaires pour la lutte contre l’immigration

De récents évènements internationaux ont modifié le contexte politique, militaire et économique de manière telle que ces camps du désert sont maintenant entrés dans les prospections de Schily et de Pisanu. La première barrière contre les réfugiés et migrants indésirés est créée par la politique européenne des frontières extérieures. Depuis l’élargissement européen et la « lutte contre la terreur », ces politiques de la frontière extérieure suivent de nouvelles orientations. En 2001, les ministres de l’intérieur italien et allemand ont fait part de leur rêve d’une police européenne des frontières et de papiers officiels européens. L’idée était de placer les frontières incertaines de certains Etats membres sous le contrôle d’un pouvoir centralisé. Au départ, l’attention était portée sur les frontières Est des nouveaux Etats membres, mais ces derniers n’étaient pas très enthousiastes à l’idée que l’Allemagne principalement et d’autres policiers européens soient chargés de la sécurité de leurs frontières. Ils craignirent q’une fermeture totale de leur frontières crée des tensions avec leurs voisins à l’Est. De plus, les gardes frontières allemands, dont les pratiques policières à la frontière Est de l’Allemagne et les massacres nazis commis par les troupes allemandes dans la région de la rivière Bug sont loin d’avoir disparues des mémoires, suscitent l’antipathie auprès des populations des nouveaux pays membres dans les régions de l’Oder et de la Neisse.

Les hommes politiques des Etats au front sud de l’Europe – nommés ainsi par les documents officiels communautaires – ont moins de scrupules. Les mesures anti-terroristes contre les populations arabo-musulmanes a conduit à la formation de frontières extérieures rigides. Le noyau opérationnel d’une police de frontière Européenne se base plutôt sur la région méditerranéenne. La mer méditerranée est le nouveau défi pour les fanatiques du contrôle. L’objectif est une extension « virtuelle » des frontières de l’Europe jusqu’aux côtes de l’Afrique du Nord. Même la cale des bateaux en bois fait l’objet de préventions. De plus, les forces de police des frontières, les forces militaires et les services secrets européens et américains aspirent au contrôle de la zone Sahara-Sahel et mettent ainsi en place un second cercle de contrôle autour de l’Europe. Derrière l’interception des réfugiés, il y aussi la production de gaz et de pétrole du désert a protéger. Ainsi, l’accord de surveillance des frontières entre l’Italie et la Libye permet un contrôle international de 2 000 kilomètres de côtes et de 4 000 kilomètres le long de la frontière au désert de la Libye.

Cela peut difficilement être effectué par bateaux ou des patrouille de jeep. Les technologies de contrôle essayées et testées durant les récentes guerres sont donc déployées. La détection de réfugiés par air avec l’optronique ou le radar est actuellement testée sur la zone méditerranéenne.

Les gardiens civils espagnols ont redécouvert la tour de contrôle. D’en haut, avec l’identification visuelle et électromagnétique, ils peuvent scanner en continu et de manière automatisée le détroit de Gibraltar et la côte marocaine. D’autres parties de la côte, du fait des courbes du terrain, ne peuvent pas être contrôlées à l’aide de ces seules tours. Mais, les îles Canaries et le sud des côtes espagnoles sont également équipées de tours de contrôle. Des tests sont en cours pour relier toutes les informations disponibles en temps réel simplifiant ainsi le suivi des navires de la zone contrôlée. Cette technologie, connue sous le nom de SIVE (« Sistema Integrado de Vigilancia Exterior ») est maintenant exportée aux îles grecques.

Pendant ce temps, l’Italie est en train de mettre en activité des drones* destinés à être utilisés sur les frontières du désert libyen. En octobre 2004, le général des forces aérienne italienne Leonardo Tricarico a annoncé que l’Italie avait acheté quatre drones prédateurs pour 48 millions de dollars auprès de la compagnie californienne d’armement General Atomic Aeronautical Systems de San Diego. Les Etats Unis utilisent ces prédateurs dans la chasse à Al-Qaida. Cet objet volant peut également lancer des roquettes. Tricarico a expliqué que les forces aériennes italiennes prévoyaient d’utiliser ces drones aussi bien pour la lutte contre le terrorisme que pour lutter contre l’immigration irrégulière. A la fin du mois d’octobre 2004, les forces aériennes italiennes tentaient de détecter, par air, les bateaux de réfugiés.

Le test de ces nouvelles technologies au front sud de l’Europe est coordonné par ce qu’on appelle les centres ad-hoc de l’Union européenne qui deviendront les agences européennes des frontières. Deux centres maritimes de surveillance sont basés en Espagne et en Grèce et un centre aérien de surveillance se situe en Italie. Un quatrième est responsable des analyses de risques. Ce dernier, s’inspirant des systèmes d’assurance des risques financiers, calcule avec l’aide d’Europol où l’immigration clandestine va causer le plus grand préjudice. A cet endroit, la surveillance est alors renforcée.

Ces centres ad hoc sont combinés avec les comités Schengen, qui auraient du être depuis longtemps intégrés dans les institutions européennes régis par le traité d’Amsterdam. Ces cercles ont introduit de nouveaux centres de pouvoir qui tendent à la création en cinq ans d’une protection des frontières européennes. Il en va ainsi de la SCIFA +, unifiant le dispositif Schengen avec l’ensemble des polices des frontières ainsi que de l’UCA, unité de coordination des professionnels, créée en 2003. Cette dernière se considère comme un centre de crise recourant aux dispositifs locaux sur les frontières extérieures et passant par les structures centralisées de commandement pour développer des mesures préventives et assurer un contrôle rigoureux des gardes nationaux des frontières.

Il est difficile de dire dans quelle mesure ces démarches européennes coordonnées ont été mise en échec ou si elles ont déjà eu des conséquences fatales. D’un côté, il a été annoncé qu’une manœuvre européenne planifiée avec plusieurs unités navales nationales dans le détroit de Gibraltar et autour des îles Canaries a été interrompue à cause de difficultés linguistiques. D’un autre coté, l’aspect « high tech » est considéré comme une potion magique motivant les polices aux frontières et les marins qui perçoivent ainsi de manière plus valorisante leur propre travail. Les recherches intensifiées à l’aide des équipements techniques dans les détroits ont déjà obligés les boat-people à emprunter des eaux plus dangereuses pour atteindre l’Europe. On peut aussi indiquer que les agences européennes déclarent l’arrivée des boat-people sur l’île italienne de Lampedusa comme un « état d’urgence » justifiant l’adoption de mesures extraordinaires.

Il est important de rappeler que, selon des estimations officielles, 400 000 à 500 000 personnes traversent secrètement les frontières sud de l’Europe chaque année. Ceux qui peuvent se le permettre voyagent par avion avec un faux passeport. Ceux qui ont des relations ou des amis prennent l’un des nombreux ferrys du trafic vacancier. Seuls les pauvres arrivent sur des bateaux en bois. Selon des calculs fiables, plus de 10 000 personnes sont mortes noyées dans la mer méditerranée depuis 1992, date à laquelle le visa est devenu obligatoire pour les voisins du sud de l’Union européenne. Les gouvernements européens ne déclarent pas d’état d’urgence face à ce grand nombre de morts mais déclarent l’état d’urgence à l’arrivée de 30 000 personnes par an. A la fin de l’été 2004, environ 1800 personnes ont atteint l’île de Lampedusa. C’est évidemment un grand chiffre pour une si petite île mais il est au contraire très réduit lorsqu’on le rapport à l’ensemble des données relatives à la zone méditerranéenne. L’Etat italien et l’Union européenne utilisent ces 1800 personnes pour alarmer les autres pays. Le but est de dissuader.

Les intérêts pétroliers et le contrôle de l’immigration, l’agenda en matière de politique économique

Le second aspect qui inscrivit les camps du désert lybiens dans les projets de Pisanu et de Schily est de nature économique. Depuis le milieu des années 1990, Kadhafi a lentement ouvert l’économie libyenne, et donc l’industrie du gaz et du pétrole, aux investisseurs étrangers. A part la Russie, la Libye est le plus grand pays non européen exportateur de pétrole vers l’Allemagne, alors que l’Allemagne est le plus important exportateur de biens vers la Libye, après l’Italie. En 2002, le ministre allemand des échanges et du commerce annonça une « exportation offensive » vers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord – ceci impliquant un investissement accru dans les industries du pétrole et du gaz de ces régions. Les gains pouvant être potentiellement rapportés de Libye sont prioritaires. Au milieu des années 1970, avant le recul de la coopération économique, la majorité des investissements allemands pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient étaient réalisés en Libye. Maintenant l’association allemande des Chambre de Commerce et d’Industrie ne prédit pas seulement des investissements dans le secteur de l’énergie en Libye mais également dans le secteur des infrastructures, de la télécommunication et de la santé. Un autre marché très important est celui de la distribution alimentaire, dont la plus grande partie est importée.

24 mars 2004 : le premier ministre britannique Tony Blair rend visite a Kadhafi. La compagnie pétrolière néerlando-britannique Shell reçoit un contrat de 165 millions d’Euros pour la production de pétrole et de gaz en Libye, constituant ainsi la base d’un « partenariat stratégique de long terme ». On a parlé ici d’une affaire « pétrole contre armes » car, à la même période, la compagnie d’armes BAE a entamé les pourparlers pour un grand contrat avec la Libye. Les forces armées libyennes veulent de nouveaux équipements. La liste des armes demandées inclut des lunettes à infrarouge et des radars aériens.

En juin 2004, la Libye ouvre la voie à la participation des investisseurs étrangers dans les compagnies publiques. La gouvernement décide la privatisation de 160 entreprises publiques, dont 54 ne pouvant pas seulement vendre des parts mais pouvant être détenus majoritairement par des investisseurs étrangers. Le plan est de privatiser 360 firmes jusqu’en 2008. A la fin du mois de juillet, l’OMC fait pression pour l’avènement de la Libye. En août 2004, le gouvernement allemand re introduit ce qu’on appelle le Hermes-Bürgschaften pour la Libye, qui permet aux entreprises exportatrices de s’assurer contre les risques économiques et politiques (de nombreuses compagnies ne pouvant utiliser cette garantie que pour les exportation vers certains pays).

Le 5 septembre 2004, l’Etat libyen invite les firmes intéressées, nombreuses et de tous les pays, à une présentation des nouveaux champs de pétrole et de gaz. Le premier ministre néo-libéral libyen Shukri Ghanim annonce que les licences d’exploitation seront mises en vente publique dans les prochains mois. Selon de récentes estimations, la Libye est le 8e pays du monde ayant les plus grandes réserves de pétrole. Le pays produit actuellement 1,6 millions de barils de pétrole brut par an. Le but est d’augmenter la production jusqu’à 2 millions avant 2010, grâce à l’aide de nombreux investisseurs étrangers –en 1970, 3.5 million étaient produits par an. Le bas coût de la production et la grande qualité du pétrole libyen font du marché libyen un marché très attractif.

7 octobre 2004 : le président italien Sylvio Berlusconi se rend en Libye pour la 4e fois de l’année. Cette fois, c’est pour ouvrir la pipeline « Greenstream » du « projet de gaz ouest libyen », construite et gérée par le « géant de l’énergie » italien ENI, le numéro un des compagnies étrangères actives en Libye. 6,6 billion de dollars sont investis dans cette pipeline longue de 520 kilomètres, distribuant du gaz de Mellitah en Libye, jusqu’en Sicile. Jusqu’à maintenant, c’est le plus grand projet méditerranéen de ce genre et il rend obsolète une second pipeline pour le gaz algérien. Le jour de l’inauguration a été choisi de manière à coïncider avec le « jour de la revanche » libyenne qui célèbre la victoire sur le colonialisme depuis les années 1970. Par considération envers Berlusconi, Kadhafi a renommé ce jour « jour de l’amitié » et considère l’ennemi méprisé d’hier comme un invité d’aujourd’hui bienvenu.

11 octobre 2004 : les ministres des affaires étrangères des Etats membres de l’Union européenne se rencontrent à Luxembourg et suppriment les barrières politiques à la coopération économique avec la Libye. Le Conseil européen révoque les sanctions de l’ONU depuis 1992 et 1993. L’embargo sur les armes est également révoqué par le programme communautaire sur l’exportation des armes vers les pays tiers. La condition préalable à ces changements est que la Libye accepte de verser des indemnités aux victimes de l’attentat à la bombe de la discothèque de Berlin en 1986, tout comme d’assumer la responsabilité de l’attaque d’un avion de la Pan-Am qui a explosé au dessus de Lockerbie. De plus, la Libye est en train d’introduire une économie de marché néo-libérale, tel que c’est prévu dans l’accord Euromed entre l’Union européenne et ses pays voisins de la Méditerranée.

14/15 octobre 2004 : le chancelier Schröder, accompagné d’industriels allemands, rend visite à Kadhafi. Schröder signe un accord d’investissement bilatéral et est présent lorsque les concessions de pétrole et de gaz sont données à l’allemand Wintershall, auxiliaire du groupe BASF, représenté dans le pays depuis 1958, un des plus importants producteurs étrangers avec un investissement de 1.2 billons de dollars. Durant la visite du chancelier, le groupe allemand RWE a également négocié un accord dans le secteur de la production de gaz et de pétrole et le groupe allemand Siemens a reçu un contrat d’une valeur de 180 million. L’Allemagne est aussi concernée par du « matériel technique comme des lunettes à infrarouge ou des caméras thermiques pour la protection des frontières ». Le but économique de l’Allemagne est de dominer le marché des investissements étrangers en Libye. Quand Kadhafi mentionne au chancelier allemand que les mines de Rommel causent encore des accidents et qu’il est temps de déminer, l’Allemagne ignore le sujet sans aucun commentaire.

Le contrôle militaire et le contrôle de l’immigration, l’agenda en matière de politique étrangère

La troisième raison pour laquelle Schily et Pisanu sont intéressés par le désert libyen est sa nature militaire, intimement lié à la fortification des frontières, à la politique de camp et à la production du pétrole et du gaz : l’économie allemande associe ouvertement ses objectifs économiques en Afrique du nord et au Moyen-Orient avec finalités militaires, parce que les marchés en question sont vus comme « présentant des risques spéciaux de sécurité ». C’est pourquoi le 11 février 2005, l’association fédérale pour l’industrie allemande et l’association fédérale des banques allemandes a lié sa « Conférence sur le financement de la reconstruction de l’Afrique du nord et du Moyen-Orient » à la « Conférence de Munich sur la sécurité » qui a lieu annuellement pour permettre aux pays occidentaux de coordonner leur politique et tactiques militaires. En février 2005, la politique étrangère communautaire a rejoint la politique communautaire sur les réfugiés ainsi que la politique militaire et économique en méditerranée et au Moyen-Orient.

Comme le Pakistan et la Turquie, la Libye peut bientôt devenir un partenaire privilégié de l’Ouest en tant que bastion de la lutte contre l’Islamisme extrémiste et les Etats défaillants d’Afrique. Par son rôle de leader dans l’intégration africaine et au sein de l’Union africaine (qui remplace l’OUA en 2001), Kadhafi a une influence importante sur de nombreux Etats dépendants. Ceci devint clair lors de son intervention dans la libération des otages suisses, allemands et autrichiens détenus dans le Sahara. Les négociateurs et l’argent libyen ont également joué un rôle central dans les négociations concernant certains touristes occidentaux, parmi lesquels figuraient des ressortissants allemands, détenus par des extrémistes aux Philippines durant l’été 2000. Maintenant, les officiers britanniques sont consultants de l’armée libyenne. Une coopération militaire avec la Grèce est également conclue.

Résultant d’un accord avec l’Italie en 2003, la Libye est actuellement en train d’acheter des bateaux, des jeeps, des équipements radars, et des hélicoptères pour la surveillance des frontières. Des entraîneurs italiens et des consultants sont déjà sur place. Selon la presse, Rome a fournit des tentes et autres matériels pour trois camps en Libye au cours des premiers jours d’août. « Les camps sont en train d’être établis » a annoncé Pisanu au cours d’une interview pour le journal La Republica, « et cela n’a jamais été remis en question ». En attendant, la marine italienne garde une large partie de la côte libyenne. Sous les pressions de Rome, l’Egypte contrôle la mer rouge pour surveiller les bateaux de réfugiés. Grâce à des fonds versés par l’Italie, la Tunisie opère 13 déportations dont 11 sont gardées secrètes, à l’abri de l’attention publique. Il semble que la plupart des réfugiés et migrants déportés d’Italie ont été transportés dans le désert tunisiano-algériens et abandonnés là-bas.

Le gouvernement allemand est également en train d’armer les pays d’Afrique du Nord. Selon le ministère de la défense allemande, la Tunisie recevra six bateaux hors-bord Albatros de la marine allemande. Déjà deux ans auparavant, 5 hors-bords ont été délivrés à l’Egypte. En 2002, l’Algérie a reçu un système de surveillance d’une valeur de 10,5 million d’Euros, la Tunisie a reçu des équipements de communication et des radars pour une valeur d’un million d’Euros et le Maroc reçu des camions militaires valant 4,5 million d’Euros.

Les pays industriels occidentaux ont conçu le danger issu des pays et à travers les pays méditerranéens selon deux scénarios : le premier se focalise sur l’extrémisme islamisme et l’autre sur l’immigration incontrôlée. Il est frappant de voir à quel point ces deux phénomènes sociaux complètement différent sont associés dans une même perception de la menace. Les accords des pays de l’Union européenne proclament qu’Al-Qaida et les boat-people utilisent les mêmes réseaux nord-africains. Entre-temps, des unités de recherche sont formées dans le but de se battre contre ces deux ennemis, ensemble.

Beitrag teilen

Kommentare geschlossen.