23. Oktober 2012 · Kommentare deaktiviert für Flüchtlingsaktivist in Marokko verhaftet – Aufruf Freilassung · Kategorien: Marokko · Tags: ,

Für die Freilassung des Koordinators des CMSM (Rat der subsaharischen MigrantInnen in Marokko) und das Ende der Repression gegen Mitglieder der MigrantInnenorganisationen in Marokko

Die unterzeichnenden Organisationen fordern die Freilassung des Koordinators des Rates der subsaharischen MigrantInnen in Marokko und die Einstellung des Verfahrens gegen ihn.

Sie prangern die Repression an, die sich seit einigen Tagen gegen die Verantwortlichen von MigrantInnenorganisationen in Marokko richtet.

Camara Laye, Gründer, ehemaliger Präsident und derzeitiger Koordinator des Rates der subsaharischen MigrantInnen in Marokko (CMSM) wurde in der Nacht von Samstag, den 20. auf Sonntag, den 21. Oktober in seiner Wohnung festgenommen und in der Polizeiwache im 3. Bezirk von Rabat in Gewahrsam genommen. Seinem Anwalt wurde die Erlaubnis verweigert, ihn zu besuchen, in Verletzung der Strafprozessordnung und trotz der Zusicherungen, die ihm durch die Staatsanwaltschaft des Gerichts der 1. Instanz in Rabat gegeben worden waren. Camara lebt legal in Marokko mit einer Immatrikulationsbescheinigung als Student. Wir sind besorgt und fürchten, dass die Verhaftung darauf abzielt, zu verhindern, dass er sein Engagement für die Rechte der MigrantInnen in Marokko fortsetzt, unter anderem durch Strafverfolgung wegen einer fingierten angeblichen Rechtsverletzung, wie es bereits in der Vergangenheit mit viele MenschenrechtsaktivistInnen oder Oppositionellen geschehen ist.

Die Verhaftung folgte auf mehrere schwerwiegende Vorfälle, die uns alarmieren:

– Direkte Drohungen gegen den zukünftigen Generalsekretär der Gewerkschaft ODT-IT (migrantische Arbeitskräfte) am 10. Juni;

– Zweimaliger „Einbruch“ innerhalb von fünfzehn Tagen in der Wohnung eines Aktivisten des Kollektivs der Subsahara-AfrikanerInnnen in Marokko (CCSM) und Diebstahl des Computers;

– Gewaltsames Eingreifen der Polizei begleitet durch „baltagia“ („Schläger“) in einem Haus, wo sich insbesondere Mitglieder der MigrantInnenorganisation ALECMA befanden am Mittwoch, den 17. Oktober nachmittags in Hay El Farah im Stadtteil Taqadoum. Ergebnis: 2 Verletzte, 3 Festnahmen, Diebstahl von persönlichen Dokumenten (Pässe, Geld, Computer, Kameras und sogar Kleidung und Matratzen) und kaum verhüllte Drohungen beim Gehen („bis morgen“!)

– Verhaftung des Generalsekretärs der ALECMA am Samstagmorgen, den 20. Oktober 2012 in seiner Wohnung. Aus dem Polizeigewahrsam im 3. Arrondissement wurde er Sonntag, 21. Oktober 2012 freigelassen.

Diese Aktionen fanden statt im Zusammenhang mit der zunehmenden Repression gegen MigrantInnen seit einem Jahr (Belästigung, Razzien und Deportationen verbunden mit Erpressung und Gewalt, sowohl in großen Städten als auch in der Nähe von besetzten Flächen), legitimiert durch einen stigmatisierenden Diskurs von Politikern (einschließlich des Mitglieds USFP, Abdelhadi Khairate, und des Ministers für Beschäftigung und Berufsbildung, Abdelouahed Souhail) und gewisser Presse (Assabah Almassae, …).

Aber sie stehen auch im Zusammenhang mit der wachsenden Mobilisierung, Organisation und Sichtbarkeit von MigrantInnen: CMSM, CCSM, ODT-IT ALECMA. ZB:

  • Teilnahme an der 1. Mai Demonstration und dann Gründung der ersten Vereinigung der Wanderarbeiter in einem marokkanischen Gewerkschaftsbund (ODT-IT);
  • Organisation einer Demonstration vor der Polizei in Taqadoum, dann vor den Botschaften, um die Entwicklung von rassistischen Angriffen mit Straflosigkeit der Täter ohne Untersuchungen anzuprangern und die diplomatischen Vertretungen aufzufordern, ihrer Verantwortung zum Schutz ihrer BürgerInnen gerecht zu werden und dann die Schaffung des Vereins ALECMA in Taqadoum;
  • Viele Aktionen von CMSM und CCSM, einschließlich der Mission CMSM GADEM, und dann herausgabe eines gemeinsamen Dokuments;
  • Zahlreiche und aktive Teilnahme von MigrantInnen und ihren Organisationen am Forum MigrantInnen in Oujda des Maghrebinischen Sozialforums am 6. und 7. Oktober 2012.

In Anbetracht dieser Tatsachen ist es klar, dass die Verhaftung von Camara Laye Teil eines laufenden Prozesses der Einschüchterung und Repression gegen MigrantInnen in Marokko ist. Wir fordern ein Ende der Repression und die sofortige Freilassung von Camara Laye.

Unterzeichnende Organisationen

Maroc : Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM), Conseil des migrants subsahariens au Maroc (CMSM), Collectif des communautés subsahariennes au Maroc (CCSM), Association de lutte contre l’émigration clandestine au Maroc (ALECMA), Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), Association Beni Znassen pour la Culture, le Développement et la Solidarité (ABCDS), Forum Asile Migration, Forum des Alternatives Maroc (FMAS), Observatoire marocain des libertés publiques, Action Jeunesse, Organisation démocratique du travail – Maroc (ODT), Organisation démocratique des travailleurs immigrés – Maroc (ODT-I), Institut de formation des agents de développement (IFAD), Fonds d’appui à la dynamisation des organisations communautaires de base (FADOC), Association Rencontre Méditerranéenne Pour l’Immigration et le Développement (ARMID), Femmes pour l’égalité et la démocratie Maroc, Réseau Amazighe pour la Citoyenneté – Azetta, Réseau marocain pour la défense du droit à la santé = droit à la vie, Observatoire national des droits au travail, Pateras de la vida, ATTAC Maroc, Réseau des Associations du Nord du Maroc pour le Développement et la Solidarité (Chabaka), Al Khaïma, Association sud migration et développement (ASMD), Action jeunes des associations de quartier de Casablanca „AJR“ (48 associations de quartier),

Réseaux internationaux : Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme (REMDH), Migreurop, Afrique-Europe-Interact, Boats 4 People,

Autres pays : Groupe de recherche et d’actions sur les migrations en Afrique Centrale (GRAMI AC) Cameroun, Conseil des migrants de France, Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), Association des Réfugiés Sans Frontières (ARSF) Cameroun, Association des refoulés d’Afrique centrale au Mali (ARACEM), Fluechtlingsrat Hamburg (Conseil de Réfugiés de Hambourg), Association „Movimento dei Senza Voce“ (Suisse), Fondation Conseil Jeune, membre du GRAMI AC (Cameroun), Ligue des droits de l’homme Belgique, Fédération des Tunisiens citoyens des deux rives (FTCR) France, Comité pour le respect des libertés en Tunisie (CRLDHT), CNCD-11.11.11 (Belgique), SOS Migrants (Belgique), Na’oura Groupe Solidarité Belgique Maroc (GSBM), La Cimade (France), Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI) France, Stiftung :do, Hamburg (Allemagne), Association des travailleurs maghrébins en France (ATMF), Initiative démocratie développement (IDD) France, Rete Primo Marzo (Italie), Associazione Giù le frontiere (Italie), Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH), Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM) France, Associazione di promozione sociale ARCI (Italie), comité local du Sénégal de la Charte Mondiale des Migrants, Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) Algérie, Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM), Les Alternatifs solidarités écologie féminisme autogestion (France), Cooperazione Internazionale Sud Sud (CISS) Italie, Centre d’étude et de recherche sur la migration de l’Afrique subsaharienne (CERMAS) PaysBas, Association des Marocains en France (AMF), Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) France, borderline-europe e.V. (Allemagne), Yambi Africa asbl (Belgique), Asociacion pro derechos humanos de Andalucia (APDHA), Confédération général du Travail – Andalousie (CGT-A), Union syndicale Solidaires (SUD) – France, Comité des sans-papiers des Hauts-de-Seine (CSP92), Forschungsgesellschaft Flucht und Migration (FFM) Allemagne,

 

[und sehr viele mehr]

Pour la libération du coordinateur du CMSM et la fin de la répression ciblée contre des membres d’associations de migrants au Maroc

Les organisations soussignées exigent la libération du coordinateur du Conseil des migrants subsahariens au Maroc et l’abandon des poursuites engagées contre lui.

Elles dénoncent la répression ciblée qui s’abat sur les responsables des organisations de migrants au Maroc depuis quelques jours.

Camara Laye, fondateur, ancien président et actuel coordinateur du Conseil des migrants subsahariens au Maroc (CMSM) a été arrêté à son domicile dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 octobre à minuit, et placé en garde-à-vue au commissariat du 3ème arrondissement de Rabat. Son avocat s’est vu refuser l’autorisation de le rencontrer, en violation du code de procédure pénale et malgré les assurances qui lui avaient été données par le magistrat de permanence au parquet du Tribunal de Première instance de Rabat. Camara réside régulièrement au Maroc sous couvert d’une carte d’immatriculation. Nous sommes inquiets et craignons que cette arrestation vise à l’empêcher de poursuivre son engagement pour la défense des droits des migrants au Maroc, y compris à travers des poursuites pour une affaire de droit commun fictive, comme cela c’est déjà produit par le passé pour de nombreux militants des droits de l’homme ou opposants.

Cette arrestation fait suite à plusieurs incidents graves nous alarmant :

  • menaces directes proférées contre le futur secrétaire général de l’ODT-Travailleurs Immigrés le 10 juin dernier ;

  • double « cambriolage » de l’appartement d’un militant du Collectif des communautés subsahariennes au Maroc (CCSM) en l’espace de quinze jours, et vol de son ordinateur ;

  • intervention violente de la police accompagnée de « baltagia » (« voyous ») dans un foyer où se trouvaient notamment des membres de l’ALECMA mercredi dernier 17 octobre après-midi à Hay El Farah à Taqadoum. Bilan : 2 blessés, 3 interpellations, vol d’effets personnels (passeports, argent, ordinateurs, caméras, et même des vêtements et des matelas) et menaces à peine voilées en partant (« à demain » !) ;

  • arrestation du secrétaire général d’ALECMA samedi dernier 20 octobre 2012 matin à son domicile. Placé en garde à vue au commissariat du 3ème arrondissement, il a été libéré dimanche 21 octobre 2012.

Ces actions interviennent dans un contexte de répression croissante contre les migrants depuis un an (harcèlement, rafles et déportations accompagnées d’exactions, violences, racket, tant dans les grandes villes que dans les environs des présides occupés…) légitimée par les discours stigmatisant de responsables politiques (notamment le député USFP, Abdelhadi Khairate, et le ministre PPS de l’emploi et de la formation professionnelle, Abdelouahed Souhail) et d’une certaine presse (Assabah, Almassae, …)1.

Mais un contexte également marqué par la mobilisation, l’organisation et la visibilité croissantes des migrants : CMSM, CCSM, ODT-TI, ALECMA. Par ex :

  • participation à la manifestation du 1er mai puis création du premier syndicat de travailleurs migrants au sein d’une confédération syndicale marocaine (ODT-TI) ;

  • organisation d’une manifestation à Taqadoum devant le commissariat puis les ambassades pour dénoncer le développement des attaques racistes, l’impunité des auteurs en l’absence d’enquête et demander aux représentations diplomatiques d’assumer leur responsabilité de protéger leurs ressortissants puis création de l’association ALECMA à Taqadoum ;

  • nombreuses actions du CMSM et du CCSM, notamment mission CMSM-GADEM, puis rédaction d’une note conjointe ;

  • participation nombreuse et active des migrants et de leurs organisations au forum des migrants organisé à Oujda par le Forum social Maghreb les 6 et 7 octobre 2012.

Au vu de ces éléments, il apparaît évident que l’arrestation de Camara Laye participe d’une démarche continue d’intimidation et de répression à l’encontre des migrants à l’œuvre au Maroc depuis plusieurs mois. Nous demandons l’arrêt de cette répression et la libération immédiate de Camara Laye.

 

1 Cf. notamment les communiqués du GADEM de septembre 2011 : http://www.gadem-asso.org/Les-forces-de-l-ordre-marocaines,125 et novembre 2011 : http://www.gadem-asso.org/Les-forces-de-l-ordre-marocaines, les rapports et communiqués de l’AMDH, de l’ABCDS et de MSF et la note d’analyse conjointe CMSM-GADEM de septembre 2012 : http://www.gadem-asso.org/Recrudescence-de-la-repression,142.

Kommentare geschlossen.